Note du test 9/10En conclusion :

Desperados III est tout simplement la pépite du genre stratégie d’infiltration tactique en temps réel, les allemands de Mimimi Games ont mis les petits plats dans les grands pour faire renaître la licence. Ils reprennent les bases du gameplay efficace déjà mises en place sur leur jeu Shadow Tactics en les améliorant encore. On découvre une histoire travaillée en compagnie de cinq personnages attachants possédant chacun des talents différents mais complémentaires pour parcourir les seize missions (des missions supplémentaires viendront sous forme de DLC prochainement). On notera l’immense rejouabilité du titre tant les approches peuvent être variées sans parler des différents défis qui pour les joueurs en recherche de gros challenge rendront le jeu presque interminable. Difficile aussi de ne pas parler de la bande son sauce western littéralement envoûtante. On regrette juste que les voix ne soient pas disponibles en français, il faudra se contenter des sous-titres. Desperados III est un immanquable pour les fans du genre et pas seulement. Sortez les colts !

Les plus

Un gameplay aux petits oignons
5 personnages jouables sublimement complémentaires
La bande son sauce western
Une histoire bien menée
Très belle rejouabilité
Difficile mais jouissif
Missions / environnements / objectifs variés

Les moins

Les voix en français manquent
Les sous-titres un peu petits
Une prise en mains au Pad parfois compliquée

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    Desperados III
    Editeur : THQ Nordic
    Développeur : Mimimi Games
    Genre : Action | Tactique
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 16 juin 2020
    Trophées : Oui
    Support


    Test Desperados III

    Publié le lundi 22 juin 2020 à 16h32 par Fourcherman
    Partager sur

    Pour les joueurs encore trop jeunes aux débuts des années 2000, la licence Desperados initiée en 2001 par les allemands de Spellbound Entertainment vous est peut être étrangère (Spellbound Entertainment a fermé ses portes en 2012, cependant une bonne partie de l’équipe s’est lancée dans la création du studio Black Forest Games la même année). Le deuxième épisode intitulé "La revanche de Cooper" est lui sorti en 2006 sur plateforme Windows.

    Cette fois c’est l’équipe de Mimimi Games, ne vous fiez pas à ce nom assez “original”, nous avons affaire à une équipe de talents qui ont su le prouver avec Shadow Tactics : Blades of the Shogun (sorti en 2017 sur PS4 et ayant tapé dans l’oeil de notre Pilou lors de son test que je vous encourage à lire également). On reconnaît d’ailleurs facilement le style de Mimimi Games dans Desperados III à la différence que l’on quitte le Japon féodal de 1615 pour l’Amérique et les cow-boys de 1870 ! Si Desperados et Shadow Tactics ne vous disent toujours rien, sachez que ces jeux sont des jeux de stratégie d’infiltration tactique en temps réel, un genre surtout inventé avec la série Commandos créée par Pyro Studios en 1998 (on aimerait bien que nos amis de Nostalgeek se fassent une petite session sur le titre, le message est passé). Vous voilà maintenant calés sur le genre, nous pouvons rentrer dans le vif du sujet et évidemment sortir les colts !

     

    La ballade de John Cooper


    Pour ceux qui mettent les mains pour la première fois sur la licence Desperados, pas d'inquiétude, l’histoire de ce troisième volet se déroule avant les deux premiers épisodes.
    On retrouve le héros de la saga, John Cooper, dans la fleur de l’âge, en compagnie de son père James. La première mission nous sensibilise aux mécaniques de gameplay, notre jeune Cooper accompagne son père dans une chasse à la prime et n’a que quelques pièces pour distraire les ennemis et permettre à son paternel de passer discrètement. La séquence d’après se déroule quelques années plus tard (une séquence qui nous avait d’ailleurs enthousiasmé lors de la Paris Games Week 2019), John est dans le train, en direction de la ville de Flagstone, pour retrouver le meurtrier de son père, Frank. Bien entendu cette quête de vengeance ne sera pas de tout repos. Cette seconde mission nous permet de rencontrer l’Irlandais Arthur “Doc” MacCoy et nous sensibilise au travaille en équipe et des variantes qu’apportent chaque personnage jouable (et ce n’est que le début, je vous présente la bande dans le prochain paragraphe).
    Les premières missions, vous l’aurez compris, permettront au joueur de rencontrer les équipiers de Cooper qui viendront prêter main forte à notre cow-boy. La progression nous fera aussi découvrir progressivement les différentes compétences/armes de chacun.
    Avant de vous parlez de la bande, il est important de noter que Mimimi Games a fait un excellent travail sur la narration, chaque scène cinématique entre les missions nous conte parfaitement l’histoire de John et ses amis, permettant de comprendre également l’absence ou la présence de tel ou tel personnage jouable lors d’une mission. De plus, les dialogues, en progressant dans les missions, nous apprennent un tas de choses sur notre bande et leurs objectifs. L’histoire laisse aussi une belle place à quelques rebondissements bien placés qu’on vous laisse découvrir.

    Responsive image
    Le travail en équipe est primordial

    Le bon, la brute, le doc, la mariée et la voodoo


    John Cooper ne sera pas seul face aux démons de son passé et pourra compter sur sa bande pour accomplir sa quête de vengeance.

    Le premier personnage qu’il rencontre, comme je vous le disais plus haut, est Arthur “Doc” MacCoy, qui dispose d’un pistolet sniper pour des attaques à distance qui rendront fous les ennemis qui ne sauront pas d’où vient le tir, à condition qu’Arthur soit suffisant éloigné. A son arsenal s’ajoute la possibilité de se soigner, d’utiliser une fiole de poison qui assomme plusieurs ennemis dans le même rayon d’action et pour finir il dispose de sa valise de docteur qui a plutôt comme vertue d’attirer l’ennemi un peu trop curieux, qui en la fouillant , aura le droit à une belle surprise. MacCoy devra impérativement récupérer sa valise après usage.

    Lors de la 3ème mission, John retrouvera dans un saloon de Flagstone, son ami Hector Mendoza, un trappeur tout en puissance disposant d’une meilleure résistance et d’un arsenal un peu plus bourrin : une hache bien pratique pour liquider silencieusement les ennemis plus coriaces (comme les longs manteaux), un fusil à canon scié pour tuer trois ennemis en un seul tir (attention au bruit), un piège à ours ultra efficace. Dans ce dernier, il attirera ses ennemis en sifflant. Pour se soigner à la façon d’un dur, il utilisera sa fiole de whisky, santé ! Tout comme MacCoy et sa valise, Mendoza devra ramasser son piège pour le réutiliser ailleurs.

    La mission 4 met en scène Kate O’Hara en plein mariage (par intérêt) avec le maire Higgins. Cooper et Mendoza arrivent sur le domaine du maire toujours à la recherche de Frank. La situation dégénère quelque peu et notre John ne peut s’empêcher d’aider Kate à s’échapper. C’est ici que l’on apprendra à utiliser les différentes compétences de la mariée. Elle a la possibilité de distraire les ennemis avec son charme (et plus tard dans les missions, de les appâter pour les faire tomber dans un piège), elle peut également lancer une petite fiole pour diminuer leur champ de vision un court instant. Elle dispose également d’un revolver à faible portée mais plus discret que celui de John. Elle pourra également se déguiser pour duper l'ennemi (mais pas tous, les femmes et les longs manteaux ne seront pas sensibles à ses atouts). A la différence des autres personnages, elle ne pourra qu’assommer furtivement les ennemis, ceux-ci se relèveront au bout de quelques secondes, il faudra utiliser un autre personnage pour finir le boulot et éviter que le garde ne déclenche l’alarme. Avec sa compétence de déguisement, Kate est un vrai plaisir à jouer, elle sera utilisée majoritairement pour distraire et laisser le passage aux autres.

    Vous rencontrerez votre dernière acolyte, Isabelle Moreau, originaire de la Nouvelle Orléans et spécialiste des techniques vaudous, lors de la 9ème mission … Cette dernière a des compétences bien mystiques, elle peut prendre possession de l’esprit d’un garde et le manipuler à sa guise, elle peut également se servir de fléchettes liant deux personnes au même sort (concrètement si vous tuez l’un des deux gardes liés, le 2ème subira le même sort). Pour distraire les ennemis, elle disposera de son chat Stella. Isabelle pourra également se soigner ainsi que ses alliés. Isabelle Moreau est un personnage clé pour monter des stratégies toujours plus folles, qu’il est jouissif de prendre le contrôle d’un garde pour prendre possession de la mitrailleuse Gatling et flinguer à tout va !

    Et pour finir, n’oublions pas de présenter John Cooper qui dispose d’une pièce pour distraire l’ennemi, de son arme à feu, de son couteau qu’il peut aussi utiliser à distance sans oublier de le ramasser. En attaque discrète il peut se servir également de son couteau pour tuer l’ennemi d’un coup ou assommer ce dernier pour le ligoter et cacher son corps. John est un personnage bruyant mais très efficace avec son arme blanche. Il se déplacera debout pour déplacer un corps (à la différence par exemple d’Arthur et Kate). Il est l’incarnation type du cow-boy couillu comme on les aime dans les films.

    Responsive image
    Attention de ne pas alerter les civils

    John Got a gun


    Parlons maintenant de comment cette belle histoire et ses protagonistes sont fièrement mis en avant à travers un gameplay proche de la perfection.

    Si les missions et les objectifs sont clairs, les différentes approches sur le terrain sont innombrables. Nos héros peuvent se déplacer groupés (tous ou par sélection) ou individuellement afin de progresser sur les différentes maps que propose le jeu. Les terrains de jeu sont composés d’un tas d’éléments dynamiques, des buissons pour se cacher, des puits pour dissimuler les corps, des échelles pour prendre de la hauteur (idéal pour notre sniper d’Arthur). D’autres éléments du décor peuvent être fatals à l’ennemi, comme un rocher d’une montagne, la cloche d’une église, un wagon minier … Autant de choses qui permettent de rester (plus ou moins) discret lors de votre progression. Il faudra jongler entre les compétences des personnages jouables au moment de la mission pour tenter la meilleure approche.

    Autant prévenir tout de suite, les fous du frag passeront vite leur tour, se faire repérer (et c’est quelque chose qui arrive très souvent) est synonyme de mort. Heureusement la sauvegarde rapide est là (par une simple pression sur le pavé tactile de la Dualshock 4). L’interface ne manquera pas de vous rappeler au bout d’une minute qu’il est temps de sauver votre partie, habitude que l’on adopte avant chaque action, qu’elle soit groupée ou non.
    La flèche gauche permet d’afficher le champ de vision des ennemis, la zone du champ de vision en pointillés nous précise qu’il est possible de passer discrètement accroupi, tandis que si vous passez dans la zone verte, accroupi ou non, vous serez détecter instantanément et l’alarme sera donné pour appeler du renfort. Si vous vous en sortez, trois ennemis supplémentaires resteront dans le secteur pour effectuer des rondes.
    Autre particularité du gameplay, le mode affrontement (flèche haut) qui permet de stopper le temps pour planifier votre plan d’action. Vous pourrez utiliser tous les personnages disponibles afin de liquider en équipe les ennemis ciblés. Une simple pression sur la touche triangle exécutera le plan et vous regarderez avec jubilation vos héros s’occuper en simultané des bandits. Evidemment il faudra apprendre à maîtriser ce mode pour que tout soit parfaitement synchronisé et que votre plan se déroule sans accroc.

    Responsive image
    Des missions de toute beauté

    Les mystères de l’Ouest


    Vous allez parcourir 16 missions dans des environnements variés magnifiques, une ville, des montagnes, des cascades, un pont … Toutes les missions disposent d’un level-design hallucinant, le moindre recoin est positionné au millimètre près tout comme les ennemis.

    Un mot tout de même sur la difficulté de Desperados III, clairement si vous n’êtes pas un habitué du genre, le mode normal pourra déjà vous donner de belles sueurs froides, c’est un jeu difficile qui nécessite une grande analyse de chaque terrain et une bonne connaissance des mécaniques de gameplay et des personnages jouables. Pour ma part je n’oserais même pas lancer le mode Desperados sous peine de voir traverser ma manette à travers mon salon.

    Quelques mots sur la bande son remarquable également, que ce soit les musiques western ou les bruitages, on regrette cependant que le jeu ne propose pas de voix françaises et que les sous-titres soient un peu petits (et ce paramètre n’est, à l’heure où nous publions notre test, pas réglable).

    Pour ceux qui en redemanderont après les 16 missions, sachez qu’un season pass est disponible, celui ci propose 3 nouvelles missions racontant une nouvelle histoire qui se déroule après les événements du jeu de base. Ces objets seront disponibles prochainement au fil de 3 packs de DLC.

     

     

    Un peu de nostalgie

    Voici une belle vidéo débusquée sur Youtube qui montre l'évolution de la licence Desperados depuis 2001. 




    Test Desperados III - 8 minutes de lecture