Note du test 6.5/10En conclusion :

Godfall n’est pas le meilleur Action RPG et l’ombre de Demon’s Souls plane au-dessus de lui. Défini comme un Looter-Slasher, il remplit parfaitement son contrat avec brio dans un univers, certes pas assez approfondi mais qui émerveille nos yeux pour un jeu résolument next-gen, mais trop répétitif.

Les plus

Beau par Osiris
C’est très coloré et détaillé
Un joli mixe entre God of War et le Demon’s Souls
Un Looter-Slasher réussi
Un jeu résolument next-gen
DA excellente
De la coopération à trois

Les moins

Répétitif
Scénario très limité
Revenir aux lieux déjà visités
Un potentiel pas assez utilisé
Contenu End Game

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps5

    Godfall
    Editeur : Gearbox Software
    Développeur : GearBox Software
    Genre : Action
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 19 novembre 2020
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Godfall

    Publié le vendredi 11 décembre 2020 à 19h18 par Pilou
    Partager sur

    Godfall est l'une des rares exclusivités de la PlayStation 5. Premier jeu officialisé sur la console de neuvième génération de Sony lors des Game Awards l’année dernière, direction dans le monde de Aperion dans ce Looter-Slasher de Counterplay Games et édité par Gearbox Software !

     

    Aperion, un monde pas assez approfondi


    Nous commençons notre périple de Godall par une introduction magnifique mettant en scène la chute de notre héros, Orin par son frère Macros. Dans ce monde d'heroic fantasy nommé Aperion, les chevaliers de Valorian s'affrontent pour le pouvoir.
    Le scénario n’est pas très poussé dans Godfall et fait juste office de prétexte au gameplay.
    Orin et deux de ses compagnons doivent recouvrer leurs pouvoirs et arsenal pour terrasser le vil Macros, ancien frère d’arme qui a pris les rênes du Monde du haut de sa tour.

    Godfall est un jeu à la troisième personne où exploration, combats et loot seront le fer de lance.
    L’univers enchanteur est magnifique se base sur trois royaumes : la Terre, l’Eau et l’Air et des êtres légendaires revêtant des armures magnifiques. Le Septième Oracle, présent dans le HUB du jeu permet de faire avancer l’histoire en affectant de nouvelles missions mais on reste clairement sur notre faim de ce côté malgré un codex qui décrit beaucoup d’éléments de l’univers basé sur les constellations. Un peu plus de travail à ce sujet aurait fait de Godfall un jeu exceptionnel.

    Responsive image
    Bienvenue sur Aperion

    God of Fall


    Même si le scénario est assez étiolé, les combats sont excellents. On verrouille un ennemi, R1 et R2 servent respectivement d’attaque légère et lourde. On esquive avec X, on pare, on lance son bouclier. Les contres permettent même d’asséner des coups importants aux ennemis. La percée n’est pas à négliger et se gère via une jauge spéciale située en dessous de celle de la vie.
    La touche L2 permet de lancer des attaques d’armes. Chaque type d’arme dispose ou non de jauges se remplissant et permettant de déclencher des attaques dévastatrices. Haches, épées, rapières, marteaux, armes d’hast, … Attaques rapides ou lentes mais plus puissantes, chacun y trouve son compte.
    Notre avatar peut porter deux armes avec lesquelles il peut switcher à tout moment.
    Esquive, parade, contre, le combat est clairement le point fort du jeu.
    Le bouclier utilisé au bon moment renvoie les projectiles, il sert également aux exécutions.
    Certaines attaques ennemis sont imparables et se matérialisent par du rouge, dans ce cas-là, mieux vaut esquiver.
    Si cela n’est pas possible, des pierres de vie permettent de récupérer de précieux points de vie. Les orbes verts également tombent des ennemis, renflouent nos PV.
    Le bestiaire et les combats de boss sont grisants et montent crescendo en difficulté, peut-être trop par moments.
    Qui dit Action-RPG dit des niveaux avec un level minimum requis, Godfall ne déroge pas à la règle et reste très classique.
    Là où un Darksiders proposent des énigmes et autres mécanismes pour varier le gameplay, Godfall se contente juste d’alterner entre combats et recherchent de coffres et minerais.
    C’est dommage car même si les combats restent nerveux et intéressants, la répétitivité de la chose peut lasser.

    On revient également souvent dans les lieux déjà visités pour parfaire de nouveaux objectifs. La vision de l’esprit est une faculté de notre personnage qui grise l’environnement et met en évidence les points d'intérêts comme les ressources et les coffres à récupérer.

    Responsive image
    La DA est un point fort du jeu...

    Loot un jour, loot toujours


    Oui le loot permet de personnaliser son héros avec diverses armes au niveau de rareté.
    Puissance, vitalité et esprit évoluent en fonction des caractéristiques des armes et équipements comme les amulettes et les anneaux.
    En une pression de bouton, on peut voir les DPS (dégâts par seconde), points de vie, combats, chance de dégâts critiques et autres chances d'altérations. Encore une fois, c’est classique mais notre Archon a la classe.
    Au bout de quelques heures, la forge rejoint le HUB et notre Oracle, et permet d’améliorer ou d’enchanter l’équipement. On booste ainsi les caractéristiques moyennant les ressources acquises. La fin justifie les moyens.
    Comme nous l’évoquions, les ressources permettent de débloquer des Valorplates au nombre de douze. Représentant une divinité, elles octroient une caractéristique passive, une super attaque, la Colère d’Archon (à déclencher avec L3+R3) et des amplifications propres.

    Pour parfaire à la montée en puissance de notre avatar, le passage de niveau débloque des points de compétences que l’on peut attribuer et défaire comme bon nous semble. Chaque compétence dispose de cinq niveaux.
    En résumé, on tue du streum pour gagner de l’expérience et des ressources pour les dépenser et augmenter son niveau. Les mérites (défis) permettent également de gagner expérience et ressources.
    En terminant la campagne d’une quinzaine d’heures, le contenu End Game reste trop classique et répétitif. Dommage !

    Responsive image
    ...Comme le loot !

    Jeu next gen ?


    Godfall éblouit malgré sa répétitivité et son classicisme par son univers et sa Direction Artistique.
    Cette ambiance, la végétation, la profondeur de champ, le jeu est indéniablement next-gen. Les particules lorsque les ennemis trépassent, les couleurs vives des niveaux, le jeu est une franche réussite. Le bestiaire et surtout les boss offrent un spectacle magnifique et la modélisation des héros et Valorplates nous renvoient à des films comme Gods of Egypt. En résumé c’est soigné avec des chargements presque instantanés.
    Le retour haptique est également de la partie et les gâchettes adaptatives offrent de bonnes sensations. Un jeu taillé pour la PlayStation 5.

    Responsive image
    Les combats offrent de bonnes sensations

     




    Test Godfall - 4 minutes de lecture