Note du test 8/10En conclusion :

The Great Ace Attorney Chronicles se montre généreux sur tous les plans : les 2 jeux réunis, des contenus bonus, un prix assez attractif, et des enquêtes prenantes et bien écrites, avec un gameplay adapté. Une petite perle qu'on ne regrette pas, et il ne nous reste plus qu'à attendre que Capcom veuille bien se décider pour ressortir la 2e trilogie et les 2 Miles Edgeworth/Benjamin Hunter...

Les plus

Un Ace Attorney au XIXe
Sherlock Holmes fun
Gameplay simple et efficace
L'Humour des Ace Attorney
2 jeux pour le prix d'un seul !

Les moins

Quelques manques de logique
Aucun réel changement par rapport à la série principale
Pas de VF prévue

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps4

    The Great Ace Attorney Chronicles
    Editeur et Developpeur : Capcom
    Genre : Action | Aventure
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 27 juillet 2021
    Trophées : Oui
    Support


    Test The Great Ace Attorney Chronicles

    Publié le lundi 23 août 2021 à 09h04 par Lonewolf
    Partager sur

    Ils ont mis le temps, chez Capcom, mais ils ont fini par sortir partout le spin off de Phoenix Wright Ace Attorney se déroulant dans la fin du XIXe, entre Japon et Angleterre. Au menu : du Ace Attorney mêlé à du Sherlock Holmes. Enfin, Herlock Sholmes. Voyons le résultat.

     

    Enquêtes et Herlock Sholmes


    Nous sommes à la fin du XIXe siècle, au Japon. Un traité vient d'être signé avec l'Angleterre et nous découvrons notre héros, Ryunosuke Naruhodo, jeune élève avocat, au centre d'un potentiel incident diplomatique. En tant qu'accusé.
    Voilà sur quoi s'ouvre littéralement le premier jeu, parfait prétexte à lancer le premier procès pour découvrir les bases sans perdre de temps.

    Et on se retrouve à avancer tranquillement pour découvrir tout ce qu'il faut : examen de preuves, contre-interrogatoire, présentation des preuves, pousser les témoins dans leurs retranchements...

    Bref, le procès se déroule, avec un problème récurrent dans les Ace Attorney : un certain manque de logique qui fait que, si vous voyez un problème qui n'a pas été prévu pour être soulevé tout de suite (voire pas du tout), ce sera compté comme une erreur.
    Et après 5 erreurs, hop, le juge dit que ça suffit, procès perdu, y compris dans le tuto, alors qu'on ne vous explique pas qu'il faut presser le témoin et que vous cherchez désespérément quoi faire sans indication.

    Le gameplay est en tout cas très simple, et efficace : une touche pour presser les témoins, un menu d'inventaire pour présenter des preuves, et il ne reste plus qu'à relever les incohérences, comme dans tout Ace Attorney qui se respecte.
    Bien évidemment, cela s'accompagne aussi de phases d'enquête en pur point and click, avec analyse des lieux et discussions avec collègues et suspects.
    Mais surtout, on aura un renfort de poids dès la seconde affaire : Sherlock Holmes ! Heu, pardon, Herlock Sholmes, problème de droits oblige. Et le moins qu'on puisse dire est qu'il est marquant : arrogant à l'extrême, blagueur, sarcastique, et totalement à côté de la plaque côté déductions, Sholmes est une excellente parodie du personnage original et mettra vos talents de déduction à l'épreuve.

    Il est en effet tellement à côté de la plaque qu'il vous faudra corriger ses déductions en observant bien la scène et en la reliant aux éléments en votre possession. Un moment intense et intéressant.

    Responsive image
    2 affaires, 2 fois suspect, pas de bol...

    Steampunk et beauté visuelle


    Du point de vue technique, on ne va pas tutoyer les sommets (d'autant qu'il s'agit de jeux 3DS à la base), mais on s'en sort quand même très bien : la direction artistique est colorée, les environnements sont détaillés, les personnages sont particulièrement réussis...
    Bref, l'ensemble du jeu est particulièrement agréable pour les yeux et le portage HD sur un écran digne de ce nom magnifie le tout.

    On se retrouve avec des jeux entre une esthétique réaliste stylisée anime et du pur steampunk, et ça fait plaisir dans tous les cas.
    Bien évidemment, Ace Attorney oblige, on retrouve l'humour de la série, dans les situations comme dans les noms (petite mention à Viren Bolchevik, juste parfait).
    L'ambiance est, au bout du compte, parfaitement rendue, et on se prend très vite à ces enquêtes, d'autant qu'on a le temps de bien tout visiter et examiner sans pression.

    Responsive image
    Herlock Sholmes dans ses oeuvres

    Du contenu en masse ! Mais en anglais.


    Enfin, le jeu n'est pas avare côté contenu. Vous avez les 2 épisodes de la série, les vidéos promotionnelles, des artworks avec commentaires du chara designer, des enquêtes spéciales, le choix entre doublage japonais et doublage anglais...

    Bref, Capcom fait dans la générosité (pour une fois...) et ce n'est pas plus mal.
    Seule petite ombre au tableau : aucune traduction française n'est prévue. Si le Remaster de la trilogie Phoenix Wright était sorti en anglais, la VF avait été annoncée et était prévue de longue date, et est bien arrivée en mise à jour. Ici, ce n'est même pas annoncé, il faudra donc prendre votre mal en patience et espérer une mise à jour en priant très fort si vous avez du mal avec l'anglais.

    Responsive image
    Classique de la série : les jeux de mots sur les noms

    Une sortie attendue à raison


    Au bout du compte, si on aura dû attendre quelques années, cette sortie est un régal en plus d'être une excellente affaire (2 jeux pour le prix d'un). Prolonger l'univers de Ace Attorney dans la fin du XIXe est un grand plaisir visuel et les mécaniques de jeu restent simples et efficaces, adaptées à tout le monde, et promettent quelques bonnes heures d'enquêtes.
    Cela d'autant plus que le jeu n'est pas avare en bonus et anecdotes (artworks, musiques, vidéos...).

    Il ne nous reste plus qu'à espérer des Remasters de la trilogie d'Apollo Justice et de la duologie de Benjamin Hunter/Miles Edgeworth...

    Responsive image




    Test The Great Ace Attorney Chronicles - 4 minutes de lecture