Note du test 8/10En conclusion :

The Cruel King and the Great Hero est une petite douceur, un petit bonbon écrit et présenté comme un conte tout doux et optimiste, où les personnages sont particulièrement attachants. Si le gameplay ne présente rien de bien original pour un RPG au tour par tour, l'ensemble est beau, mignon, efficace, et a un charme indéniable qui fera le bonheur des amateurs du genre, d'autant que la quête du 100% peut prendre un petit temps, entre les quêtes annexes et l'exploration de la carte en intégralité.

Les plus

Mignon et coloré
Une DA et une narration à la façon d'un conte classique illustré
Un contenu assez conséquent
Une bande son fabuleuse

Les moins

Anglais uniquement côté textes
Rien de bien original côté gameplay
Un début un peu tendu

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps4

    The Cruel King and the Great Hero
    Editeur : Nis America
    Genre : RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 11 mars 2022
    Trophées : Oui
    Support


    Test The Cruel King and the Great Hero

    Publié le mercredi 06 avril 2022 à 08h15 par Lonewolf
    Partager sur

    NIS a une certaine constante dans le petit monde du RPG : faire des titres qui sortent des sentiers battus et explorent des directions que personne d'autre n'emprunte jamais. Et cette fois, ils nous inventent littéralement le Fairy Tale RPG, avec The Cruel King and the Great Hero.

     

    Il était une Fois...


    Yuu est une petite fille humaine qui vit parmi les monstres, élevée par le Roi Dragon. Elle est en effet la fille du légendaire Héros qui vainquit le Roi des Démons plusieurs années plus tôt, avant de la confier au Roi Dragon. Et Yuu a un rêve : être une aussi grande héroïne que son père. C'est là-dessus que nous arrivons, pour lui permettre d'atteindre ce but.

    Avant toute chose, disons-le tout de suite : le jeu est magnifique et incroyablement mignon. La direction artistique est à tomber et le style "grimoire de conte" fonctionne parfaitement bien, surtout avec la narration entièrement doublée. Il ne faut pas longtemps pour tomber sous le charme des aventures de Yuu et s'immerger dans l'histoire, d'autant que l'OST, qui joue beaucoup sur piano et violon, est très à propos et très belle.
    D'un point de vue technique, le jeu ne s'illustre pas énormément, mais il compense par cette direction artistique.

    Au niveau de l'histoire, on suivra l'évolution de Yuu et son entraînement, avec ses rencontres et ses combats. C'est parfois un peu naïf, mais ça marche bien.

    Responsive image
    La DA est terriblement mignonne

    Classique tour par tour


    Côté gameplay, le jeu ne prétend rien révolutionner, mais fait dans l'efficace : c'est du tour par tour bien classique, avec menu de compétences, la routine. Signalons toutefois que les MP se régénèrent automatiquement à raison de un par tour (et un en cas de garde), vous permettant de réutiliser régulièrement vos compétences.
    Dans le registre du mignon, il est amusant de voir le Roi Dragon suivre Yuu de loin et lui accorder une éventuelle aide en combat (la lame de feu est disponible grâce à son souffle) ou en dehors (certains rochers seront brisés grâce à son souffle de glace qui les fragilise).

    La petite originalité de gameplay est toutefois dans les déplacements de Yu : quand elle peut courir dans une zone, cela signifie que son niveau a dépassé celui des ennemis, sinon, elle ne fait que marcher tant que ce n'est pas le cas. De plus, le fait de marcher provoque plus de combats aléatoires, alors que courir les réduit.
    On regrettera juste l'absence totale de renseignements quant à la quantité d'XP nécessaire pour passer un niveau, vous forçant à grinder jusqu'à ce que ça arrive.

    Responsive image
    Les coffres apparaissent directement sur la carte

    Des journées faites de services


    Le déroulement du jeu est le même d'un chapitre à l'autre : on fait ce qu'on a à faire, quêtes annexes comprises, et on va se coucher après le boss et une journée bien remplie.
    Les quêtes annexes ne changent pas de ce qu'on voit classiquement dans le genre (récupérer tel objet, aller à tel endroit...), mais elles forment des petites histoires supplémentaires au fil des chapitres et se suivent, ce qui est toujours sympathique. Il est à noter que, côté récompenses, en plus de coquillages (l'argent du jeu) et objets, vous obtenez des étoiles. Ces étoiles permettent d'acheter des bonus, qui sont les artworks du jeu. Une petite valeur ajoutée fort sympathique.

    Le jeu vous fera pas mal voyager, d'autant que certains endroits nécessiteront des personnages bien précis pour avancer, et donc d'y revenir beaucoup plus tard, mais la carte n'est pas particulièrement énorme et, surtout, pas particulièrement claire. On réussit tout de même à s'y retrouver, d'autant que le jeu se veut assez simple et accessible (seul le début pourra vous faire un peu stresser, l'arrivée au village et la possibilité d'acheter des objets permettant de se détendre), les coffres sont même visibles sur la carte, pas besoin de trop d'efforts de recherche.

    Responsive image
    Une histoire racontée comme un conte

    Une bouffée de douceur et de fraîcheur


    The Cruel King and the Great Hero est un RPG sans grande prétention si ce n'est de nous faire passer un bon moment dans un environnement tout doux et mignon. Le jeu parlera à tous les âges (en supposant que l'anglais soit un minimum maîtrisé, le jeu n'étant évidemment pas traduit en français) et réveillera toutes les âmes d'enfants amatrices de contes de fée.
    On a là une petite oasis de douceur, qui détend très bien et fera régulièrement apparaître un petit sourire peut-être niais, mais assurément sincère.

    Responsive image
    Une fin de journée classique




    Test The Cruel King and the Great Hero - 4 minutes de lecture