Note du test 8/10En conclusion :

Dans une intrigue entre cyberpunk et ésotérisme que ne renierait pas Philip K. Dick, Soul Hackers 2 offre une expérience Shin Megami Tensei relativement classique et accessible, mais surtout très efficace. Si vous êtes déjà adepte des titres Atlus, vous serez conquis. Si vous ne connaissez pas encore, ce sera une bonne porte d'entrée.

Les plus

Une intrigue cyberpunk prenante
Un pur Shin Megami Tensei
Chara design soigné
Traduction française

Les moins

Musiques parfois oubliables
Peu de liens avec Soul Hackers 1er du nom
Une prise de risque minimale pour Atlus

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps5

    Soul Hackers 2
    Editeur : Sega
    Développeur : Atlus
    Genre : Action | RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 24 août 2022
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Soul Hackers 2

    Publié le mardi 20 septembre 2022 à 08h00 par Lonewolf
    Partager sur

    25 ans après la version originale de Shin Megami Tensei : Devil Summoner 2 : Soul Hackers (tu parles d'un titre à rallonge...), Atlus surprend son monde avec une suite sur les supports actuels, cette fois sobrement nommée Soul Hackers 2, sans rien de plus.

     

    Ringo star d'Aion !


    Aion, une entité née dans la mer d'informations et de la numérisation de la société, observe l'évolution de l'espèce humaine, sans jamais intervenir, accumulant les données. Cependant, quand la fin du monde est annoncée, la situation est suffisamment grave pour envoyer deux agents, nés d'Aion, directement sur le terrain.
    C'est ainsi que Ringo et Figue arrivent pour empêcher cette fin du monde et enquêter sur ce qui est censé la provoquer.

    Ainsi débute Soul Hackers 2, gros mélange entre cyberpunk et ésotérisme, nouvel épisode dans les spin off de Shin Megami Tensei.
    On reconnaît immédiatement la patte de la saga au style visuel, notamment dans le chara design inspiré des personnages, et évidemment dans les nombreux démons à invoquer. En revanche, côté environnements, hors de la ville, c'est un peu la douche froide : c'est très austère et vide, peu inspiré, et certainement pas à la hauteur des PS4/PS5.
    Il en est de même côté musique, la plupart des thèmes sont oubliables, mais collent fort bien à l'action, et c'est bien là l'essentiel. En revanche, les doublages sont assurés de fort belle manière.

    Mais évidemment, le coeur d'un Shin Megami Tensei n'est pas là.

    Responsive image
    Figue et Ringo, agents d'Aion

    Des démons en masse !


    Comme tout Shin Megami Tensei qui se respecte, l'histoire va mettre l'accent sur les démons.
    Votre groupe est donc composé d'Invocateurs qui pourront utiliser les pouvoirs des démons à travers leurs COMP (leurs diverses armes, donc). Pour résumer, vous devrez équiper un démon à chaque personnage qui aura alors accès aux compétences dont le dit démon dispose. Il pourra alors évoluer et gagner en niveau jusqu'à débloquer toutes ses compétences et vous offrir un cadeau.

    Les combats eux-mêmes se présentent comme un tour par tour classique, emblématique des SMT, avec le menu dynamique directement hérité de Persona 5. On trouve cependant une petite originalité : exploiter la faiblesse d'un ennemi ne vous octroie pas un tour supplémentaire, mais permet d'invoquer les démons en arrière-plan et de lancer une Conjuration, soit le déchaînement de tous les démons sur les ennemis à la fin du tour de tout le groupe.

    Autre nouveauté les concernant : vous ne capturez pas les démons dans cet épisode. Au début de chaque donjon, vous envoyez els démons dont vous disposez en exploration libre. Vous les recroisez alors plus tard pour leur parler et voir ce qu'ils ont à vous donner (argent, objets, objets rares spécifiques demandés en quête...) ou le démon qu'ils veulent vous présenter au recrutement.

    Et si vous en voulez un spécifique, il reste la bonne vieille méthode de la fusion une fois débloqué l'endroit où elle se pratique.

    Responsive image
    Les Conjurations, ou le déchaînement de la puissance

    Enchaînement de donjons


    Le jeu en lui-même prend relativement peu de risques, la formule classique d'Atlus fait son effet : on enchaîne les donjons pour démêler une intrigue cyberpunk, en retournant se reposer et manger de temps en temps.
    Dans la mesure où il n'y a aucune limite de temps comme un Persona, et la possibilité de sortir à volonté, contrairement aux SMT, le farm devient vite intensif et on dépasse bien vite les ennemis en puissance, d'autant que vous avez l'esprit de vos partenaires à explorer tout le long du jeu en plus des donjons classiques.

    Bien évidemment, qui dit RPG dit quêtes annexes, et vous n'en manquerez pas : entre les quêtes d'Aion et celles du club, sans oublier les liens à gérer avec vos partenaires (liens qui augmenteront leur niveau d'âme et permettront ainsi d'ouvrir des portes spécifiques dans leurs donjons d'âmes respectifs), vous aurez de quoi faire pour vous occuper et récupérer diverses récompenses.
    L'amélioration des COMP vous occupera également un petit temps.

    Si la recette est efficace, elle reste cependant classique, et on entre vite dans une certaine routine, mais pas de quoi bouder son plaisir.

    Responsive image
    Le menu dynamique façon Persona 5 reste bien présent

    Un SMT "pour tous"


    Au bout du compte, Soul Hackers 2 ne propose certes pas vraiment de révolution ou de prise de risque, mais il offre une superbe intrigue et une recette efficace, et s'avère être un épisode idéal pour éventuellement débuter dans les Shin Megami Tensei, l'ensemble étant assez abordable pour tout le monde.

    Bonus non négligeable pour cette série, bien qu'il commence à devenir assez récurrent : le jeu est intégralement traduit en français et s'ouvre encore plus à tout le monde.
    Que vous aimiez ou non SMT, Soul Hackers 2 reste un excellent épisode à faire si on aime les RPG japonais.

    Responsive image




    Test Soul Hackers 2 - 4 minutes de lecture