• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    The Evil Within
    Editeur : Bethesda Softworks
    Développeur : Tango Gameworks
    Genre : Survival-Horror
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 14 octobre 2014
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 4 Trophée Argent 9 Trophée Bronze 28 | Trophée Secret 0
    42 trophées au total

    Support

    Disponible aussi sur : ps3

    Test The Evil Within

    Publié le jeudi 30 octobre 2014 à 13h28 par Pilou - 2856
    Partager sur |

     

    Disponible depuis le 14 octobre, The Evil Within alias Psycho Break au Japon, débarque sur nos consoles. Nouvelle référence du genre ou énième Survival-Horror ? Voici notre avis !
     

    Le créateur de Resident Evil aux commandes

    Découvert pour la première fois lors de la Gamescom 2013 par la rédaction et élu meilleur jeu d’action pour la version 2014 du salon allemand, The Evil Within est le fruit du travail de Shinji Mikami, le créateur de la série Resident Evil et de son studio, Tango Gameworks créé en 2010. Tango Gameworks est une division de ZeniMax Media, tout comme Bethesda qui édite le jeu. Shinji Mikami a donc travaillé jusque Resident Evil 4 sur la série et a quitté Capcom pour fonder son propre studio. The Evil Within démarre donc sur une base solide pour nous proposer un Survival Horror carré.

    Les jeux d'ombre et de lumièere sont magnifiques

    Un monde étrange et dérangeant

    Dans The Evil Within, on incarne Sebastian Castellanos, un détective qui se rend, avec ses partenaires au Beacon Mental Hospital, un hopital psychatrique de Krimson City. En y pénétrant, Sebastian sera le témoin d’un effroyable massacre perpétré par une créature à l’apparence humaine, Ruvik. Notre détective perd connaissance et se retrouve suspendu la tête en bas dans un abattoir tenu par un humanoïde qui n’a rien à envier à Leatherface, et affectionnant également la tronçonneuse. Où est tombé Sebastian ? C’est à vous de le découvrir parmi les 15 chapitres qui composent l’aventure horrifique de The Evil Within. Immersion entre 15 et 20 heures dans cet univers glauque et intrigant.

     

    Un mélange habile entre la Survie et l’Horreur

    The Evil Within nous propose d’évoluer dans un univers où le joueur n’a aucun point d’accroche. Autant dans Resident Evil, on avait certains points de repères comme le Manoir. Dans The Evil Within, on progresse dans l’aventure sans trop savoir où l’on va. C’est toute la magie du jeu !
    Le jeu puise indéniablement dans les piliers du genre tels que Resident Evil ou Silent Hill. Notre héros avance à tâtons avec un arsenal limité en munitions tout comme les seringues ou trousses de soins qui permettent de se soigner. Le jeu propose de l’action comme il se doit avec des séquences de Gunfights contre des hordes de morts vivants et des boss qui offrent de grandes scènes cultes. Mais il faudra souvent user de la touche R1 pour se mouvoir silencieusement entre les créatures hostiles et y éviter le combat direct. Si elles se trouvent isoler, il sera possible de les éliminer silencieusement d’un bon coup de poignard dans le crâne. Pas de dépaysement pour les fans du gore, le jeu propose de l’Horreur. Univers glauque, marre de sang, salles pleines de viscères sont au rendez-vous, tout comme le stress qui est omniprésent. Toutes les recettes d’un bon Survival-Horror sont là.

    Sebastian Castellanos en arrivant au Beacon Mental Hospital
     

    Un jeu difficile

    Ce sentiment de stress est amplifié par la difficulté du jeu. On débute par le choix entre le mode Détente correspondant au niveau Facile et au mode Survie (niveau normal). Autant vous le dire tout de suite, le mode Survie propose déjà pas mal de fil à retordre et il ne sera pas rare de recommencer certains passages plus d’une fois. Mais pas de panique, il est possilbe de redescendre de niveau si celui sélectionné est trop difficile.
    En finissant une première fois le jeu, les modes Cauchermar et AKUMU deviennent disponibles. Bon courage !

     


    Des bases de gameplay solides

    Pour se débarrasser de ses ennemis, Sebastian trouve assez rapidement un pistolet, un fusil à pompe et une arbalète Agonie. Toutes les armes peuvent être rattachées à un raccourci via la croix directionnelle. Les munitions étant très fortement limitées, le switch rapide entre les armes est vital.
    Le petit élément d’inventaire qui est toujours bon d’avoir sous la main est l’allumette. Chaque ennemi tombé peut se relever, pour éviter cela, il est conseillé de les brûler. Comme leur quantité est limitée, il faudra à certains moments, prendre le risque de laisser le cadavre pourrir.
    Chaque niveau est parsemé de pièges : pièges à loups, mines, pluie de pieux, … Il faudra ouvrir l’oeil pour ne pas tomber dedans. Ils peuvent être désamorcés pour récupérer des pièces détachées. Ces pièces serviront à la création de nouvelles flèches à l’arbalète. Mais lors de certains passages, mieux vaut laisser les pièges en place et les contourner. Ils serviront plus tard dans l’élimination d’une flopée de monstruosités.

    En parlant de l’Arbalète, le joueur pourra ramasser et confectionner différents modèles de flèches : flèches ampaleuses, explosives, électrifiantes, aveuglantes, immobilisantes.

    La morgue, lieu où il est possible de récupérer des bonus salvateurs

    Sebastian en perpétuelle évolution

    Sur son parcours, Sebastian trouvera des récipients remplis d’un gel vert. Cette substance sert à upgrader notre personnage. On pourra jouer sur la quantité de munitions et de trousses de soins que Sebastian pourra porter, les caractéristiques des armes (dégats, cadence, vitesse de rechargement, capacité du chargeur, …), ses aptitudes (jauge de vie, d’endurance). Car oui l’endurance est bien présente et Sebastian ne pourra pas courir éternellement. Si la barre d’endurance se vide, il devra s’arrêter pour reprendre son souffle et deviendra vulnérable. Le joueur ne peut pas faire évoluer son personnage quand il le souhaite. Des miroirs sont disséminés dans les niveaux. Ces derniers servent de passage pour se rendre dans une aile de l'hôpital où une infirmière sexy ressemblant à Bayonneta nous aiguillera. Véritable havre de paix, ce lieu sert également de lieu de sauvegarde et la morgue offre des bonus bien appréciables, à condition d’avoir dénicher les clés adéquates dans les différents chapitres.

     

    Un univers horriblement magnifique

    Voici le meilleur qualificatif au jeu : “un univers horriblement magnifique”. Les quinze chapitres du jeu nous propose des décors variés allant de l’hôpital psychatrique en passant par un village (un peu comme dans Resident Evil 4) et jusqu’à une ville dévastée. Le bestiaire est réussi et les effets de lumière et les ombres sont bluffantes. Le grain présent sur le jeu contribue à l’atmosphère glauque et dérangeante. Certains plans et passages sont somptueux et les deux bandes noires horizontales ainsi que la disparition du HUB à certains moments accentuent l’impression de se trouver dans un bon film d’horreur. Le son en 5.1 est une pure merveille et les voix françaises ne sont pas désagréables. On aurait aimer avoir toutefois le choix de la langue.
    Côté technique, les seuls reproches que l'on pourrait faire sont les temps de chargement un peu longuet et quelques baisses de framerate.

    Trailer de lancement

     

    Note du test 9/10En conclusion :

    Même si The Evil Within n’apporte pas forcement de nouveautés au genre, le résultat n’en reste pas moins sublime. Maîtriser de bout en bout, The Evil Within est incontournable ! Pas de déception à avoir. Les fans du genre peuvent l’acheter les yeux fermés.

    Les plus

    Un univers sombre, malsain, glauque
    Le Survival-Horror dans toute sa splendeur
    Bonnes mécaniques de Survie
    Des Boss inoubliables
    Les effets de lumière et d’ombre
    L’ambiance sonore
    Se faire poursuivre par un fada à la tronçonneuse ! Jouissif

    Les moins

    Quelques baisses de framerate, la PS4 a chaud avec The Evil Within
    Les temps de chargement
    Pas de VO

    En résumé


    The Evil Within par Rating: 9 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles