• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps3

    The Elder Scrolls V : Skyrim
    Editeur et Developpeur : Bethesda Softworks
    Genre : Jeu de Rôle
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 11 novembre 2011
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 1 Trophée Argent 14 Trophée Bronze 35 | Trophée Secret 0
    51 trophées au total

    Support


    Test The Elder Scrolls V : Skyrim

    Publié le dimanche 11 décembre 2011 à 20h20 par Pilou - 5019
    Partager sur |

    Cinq années se sont déroulées, il est temps de se lancer dans un nouveau périple avec cet opus de la franchise The Elder Scrolls...

    Remerciements à Aktarus pour l'aide à la rédaction de ce test

    Après nous avoir fait longuement bavé sur la marketing du soft via des vidéos, images, infos, et même via les démos jouables depuis divers salons de jeux vidéos, Bethesda a lancé sur le marché Skyrim, l’événement vidéo-ludique de cette fin d’année. The Elder Scrolls V Skyrim, suite de l'épisode Oblivion quatrième volet de la série, nous lâche 200 ans plus tard au beau milieu d'une guerre dans la province de Borderciel sur les rudes terres Nordiques de Tamriel et où les Dragons sont de retour dans les cieux. Pour l’occasion, une prophétie veut que le fils du Dragon apparaissent et rétablisse l’ordre, et nous sommes l’élu a qui échoit la tâche de chasser Alduin et sauver Bordeciel. Ainsi le scénario est posé, mais que nous réserve exactement ce cinquième opus? Vous le saurez en lisant ces quelques lignes.

    Une des légende entre en scène !

    Sans surprise, une fois la galette tournant à plein régime et une petite installation, le RPG nous propose de créer notre personnage. On retrouve bien entendu des options basiques comme la race (Argonien (Reptile), Haut Elfe, Elfe Noir, Breton, Nordique, Khajit (sorte de guépard), Orque, Impérial...),le sexe, la forme du visage, la couleur de peau et des cheveux... A cela s’ajoute des paramètres comme les tatouages, barbes, cicatrices, types d’oeil, corpulence...de quoi modeler son perso à l’aide d’un riche panel. Une fois le Dovahkiin (enfant de Dragon), créé, une cinématique commence où l’on est attaché et prisonnier à l’arrière d’une charrette avec trois autres personnages dont une célébrité, Ulfric Sombrerage. Notre destination, ainsi que celle de nos compagnons de fortunes, est la cours d'exécution pour décapitation. Là le ton est mis car, après une tête tranchée, c’est à notre tour d’être séparé en deux mais un Dragon vient perturber la fête en semant la terreur et nous permettant ainsi de fuir. Mais dans quel camp?


    Le périple débute !

    Pour ma part, c’est l’occasion rêvée, avec un autre prisonnier, de courir se réfugier à l’intérieur des bâtiments mais poursuivit par la bête légendaire, celle-ci détruit tout et nous oblige ainsi à nous engouffrer sous terre. C’est véritablement à ce moment que notre périple débute en commençant par apprendre en deux/trois les rudiments des techniques de combat, magie et fonctions principales. Ce premier parcours nous amène à la sortie d’une grotte proche de la ville de Rivebois où il nous faut nous y rendre dans un but précis, que vous découvrirez en y jouant. Et oui il faut bien spoiler quelques phases du jeu! A contrario, je ne ferais pas l’impasse sur les trois stèles ou sorte de menhir, que l’on rencontre en chemin, gravés de dessins représentant la magie, le corps à corps et la discrétion. Bethesda joue un joli coup en nous offrant la possibilité, à n’importe quel moment, de passer d’un apprentissage à un autre. Ce qui permet par exemple de passer d’un mage à un guerrier, on est libre de faire comme bon nous semble. Chacuns des apprentissages, représentés au travers d’un arbre de progression symbolisé par des constellations, comporte environ 18 traits de compétences dont les levels montent jusqu’à 100. Vous l’aurez compris, vos compétences s’améliore au fur et à mesure que vous prenez de l’expérience lors de votre périple.


    Comment dégommer l’ennemi?

    Le gameplay de Skyrim change quelque peu des précédents opus, car cette fois pour les affrontements, on peut équiper notre personnage “ ambidextre “ d’une arme blanche dans l’une de nos mains et dans l’autre mains. Ainsi on se retrouver par exemple avec une hache dans chacune des mains. On peut également faire la même opération en attribuant un pouvoir (feu, éclair, sort d’illusion, de destruction...) dans chacune des mains puis d’actionner la bonne touche pour lancer le sort ou tout simplement en appuyant sur les deux touches pour réaliser un pouvoir plus important. Il est également possible de faire un mixe entre une arme et un pouvoir. Par contre, si l’arme demande l’utilisation des deux mains alors il faut s’en contenter. Retenez une chose, que chaque technique possède un point faible, je m’explique, deux armes blanches égale fatigue, deux pouvoirs égale diminution rapide du mana, arme lourde donne des mouvements lents, et ainsi de suite. La principale nouveauté est l’arrivée d’un allié qu’on aura au préalable équipé. On le gère totalement car il suit les ordres qu’on lui dicte( suivre, s’attaquer à une cible...) et de plus, si il est blessé, il gère lui même son état pour rehausser ses PV afin de revenir à la charge. Un système assez poussé que nous a concocté Bethesda, vous le verrez par vous même car il est toujours bon de découvrir certains aspects du jeu sur le feu de l’action. Petite cerise que le gâteau, la fonction raccourci permet rapidement d’accéder aux armes, items... Le gameplay se veut dynamique, nerveux, technique, tactique et adapté à notre façon de jouer....en bref c’est du grand Art surtout que Skyrim permet de passer d’une vue en TPS à une vue rapprochée où l’on aperçoit que nos avant bras et mains!

    Apprentit tu te feras!

    Et oui, le gameplay ne s’arrête pas là, car pour compléter son arsenal ou son sac de route, il ne faut pas simplement compter sur la récolte d’objets pour y arriver. Nous devons apprendre trois compétences que sont le Forgeage, l’Achimie et l’Enchantement. Le soft regorge de carfts permettant de devenir un Master dans ces domaines. Pour débuter il est bon de suivre des enseignements auprès de personnages rencontrés moyennant de l’argent ou quête mais également via des bouquins et des écoles. Une fois quelques notions apprises, le forgeage, à l’aide de certains items, permet créer des armes et armures à partir d’un élément de base comme le fer, en acier, de plates, dwemer, en orichalque, en obsidienne, daedrique, draconnique, en peau, en cuir, clouté, elfique, en verre...Il est possible de les améliorer en leur conférant des bonus. L’enchantement, via un autel, permet quand à lui d’attribuer un côté magique aux armes et armures. Mais avant d’en arriver là, il faut détruire une pièce magique pour en apprendre les propriétés requises que l’on combinera avec une gemme d’âme. Toujours depuis un autel, via l’alchimie nous allons concocter des potions qui comme dans tout RPG , s'avèrent indispensables. Afin d’élaborer ces dernières, faut au préalable acheter, glaner ou voler des objets. A savoir que là aussi, il ne suffit pas de divers items pour créer une potion, non, goûter un objet vous permet de découvrir les quatre propriétés qu’il renferme, au pire de cas, peut être avez vous du pif et beaucoup de chance. On sent bien que ces deux compétences ont longuement été échafaudées par Bethesda afin d’offrir au joueur une totale implication. Ensuite, le crochetage de serrure est présent et ne négligez pas ce talent, où il faut de l’écoute et du doigté, car vous pourrez bien passer à côté de certaines choses. Pour finir, l'expérience nous permettra d’absorber l’âme des Dragons que nous auront battus afin d’apprendre le pouvoir du Cri aux capacités de cracher du feu, de la glace, foudre, devenir invisible, faire fuir l’ennemi, parler la langue des dragons, ralentir le temps...Sachez que votre quête principale concerne ces bêtes légendaires, tout tourne autour de ce sujet, anéantissez les, protégez les villes, villages.....certes très courte en ligne droite mais avec les divers quêtes annexes ( de guildes, secondaires, PNJ,...) amènent la durée de vie à plus d’une centaines d’heures au bas mot.


    Le bestiaire et chef de meute tu dérouteras!

    The Elder Scrolls V Skyrim offre un large bestiaire que se soit pour la chasse ou pêche, des bêtes sauvages, des ennemis, monstres et Dragons. Concernant la chasse, il faut la jouer furtif car si la bête vous aperçoit ou vous entend, vous pourrez faire une croix sur les morceaux de nourriture et éléments à récupérer sur le cadavre. N’hésitez pas à passer du temps à ce sport même en plein milieu d’une quête. I.A. est réellement un point que surveille tout bon joueur, qu’en est-il? Et bien, le développeur a su rehausser la donne mais aussi a rabaisser la difficulté pour abattre certains monstres. Procédons par étape, le soft s'avère plus poussé que son aîné, en gros, il ne suffit pas de jouer le barbare et d’éclater tout le monde à coup de cuillère. Non, cette fois, certaines bêtes se voient plus puissantes que d’autre où l’on se rend vite compte que dans un groupe, il y a un chef de meute et donc plus fort que ses camarades. C’est là que votre niveau entre en jeu si vous ne voulez pas rester sur le carreau en un coup. Certains ennemis vous font comprendre qu’il ne faut pas les titiller, d’autres s’empressent de vous latter les miches. Ainsi on rencontre lors de notre périple des loups et vampire où là je joue à nouveau le coup de spoiler sur ce qui vous attend,  crabes, ogres, ours, trolls, araignées petites ou géantes,... et enfin Dragons. Je dirais que c’est là que Bethesda n’a pas su garder un niveau de difficulté en fonction de notre avancée. Car tuer un dragon la première fois s'avère assez tendu, le second on se le braque avec un peu plus d’aisance mais à distance, et par la suite, les autres deviennent une formalité, d’autres bêtes tel un ours nous rend la tâche bien plus rude. Dommage car ces bêtes mythiques, premier principe du jeu, peuvent surgir au moment où on ne s’y attend le moins pour au final être terrassées rapidement.

    Des villes et donjons tu traverseras :

    Skyrim offre une large carte, et il en faut de très très longues heures pour en faire le tour. On voyage ainsi sur cette carte où l’on y rencontre châteaux, villes, villages, Donjons (pas moins de 150), campements, grottes... Si vous aimez l’exploration des moindre recoins d’une map, vous allez être servis. On peut se déplacer à pied, en charrette ou à cheval moyennant un coût, ça peut accélérer la l’exploration. Malheureusement impossible de se battre à dos de montures. On retrouve le système de déplacement rapide en se rendant dans pas mal de lieux déjà visités. Chaque lieux apporte son lot de personnages dotés d’une bonne I.A, de tavernes bruyantes, de marchants... Retenez que lors d’une quête, d’autres peuvent s’y greffer à force de parler aux gens rencontrés, ça peut vite devenir le foutoir. Bon nombre de donjons sont à franchir, dommage qu’ils soient assez linéaire mais bon, c’est ce qui en font des donjons. Par contre, ils sont blindés de pièges (trappes, lance flamme, piques) et de créatures. Franchement n’hésitez pas en faire le max car ils sont tous plus ou moins différents les uns des autres. Dans notre périple, on tombe souvent sur des campements et là va falloir en découdre car les occupants veulent récupérer vos biens. On croise également sur les sentiers des personnes, soldats, charrue...de la vie en veux tu en voilà!


    La carte de Skyrim



    Gestion du temps et graphismes :

    L’immersion est totale dans Skyrim, on se laisse porter dans l’univers incroyable qui nous est offert. Graphiquement et ceci malgré quelques textures grossières, le jeu est riche, les effets météorologiques tel que la neige et le vent nous offrent un joli spectacle. La profondeur de champ a été amélioré, et les décors sont particulièrement réussis bien que le soft use du moteur graphique un peu vieillissant d’Oblivion. La végétation est dense et diversifiée, l’écoulement des eaux est bien réalisé d’autant plus qu’il est possible de se baigner et on s’aperçoit vite que des courants nous emportent au large. Le ciel, assez changeant, émerveille nos yeux sous un tapis d’étoiles, d’aurore boréales, couché de soleil... Les animaux sont très bien modélisés, on peut apercevoir des poissons sauter hors de l’eau, des oiseaux, des papillons, cerfs, lapins... La gestion du temps a été incluse et parfois il est bon de se taper une petite sieste pour reprendre du poil de la bête. Certaines séquences sont fortes, vous le verrez dés le lancement de la galette. Petit bémol sur le déplacement des personnages qui est un peu robotisé. Reste que Skyrim souffrait énormément de bugs à ces débuts surtout concernant les problèmes de save, et la colère des joueurs leur a donné raison puisque le développeur s’est empressé d’élaborer des mises à jour fixant pas mal d’entre eux. Bien qu’il en reste, d’autres MAJ paraîtront, et Bethesda compte sur nous pour remonter les infos. Le denier point de notre test concerne la partie bande sonore. Chapeau! La bande sonore est aussi épique que le jeu enlui même. Franchement rien à redire, les effets sonores sont superbement bien retranscris, les musiques vont avec le feu de l’action et le doublage Français est au top, on pense même pas à écouter la B.O.

    Note du test 9/10En conclusion :

    Vous l\'aurez compris, Skyrim est un hit pour l\'année 2011. Il est à posséder absolument. Accessible aux débutants comme aux joueurs confirmés, Skyrim dispose d\'une durée de vie énorme. Doté d\'un monde vaste, d\'un bestiaire bien fourni et d\'un système de combat énergique, ce 5ème opus de la série est le digne successeur. A noter que Skyrim a été élu \"Jeu de l\'année\" aux Video Games Awards.

    Les plus

    Durée de vie énorme
    Accessible aux débutants comme aux confirmés
    Combats Bande son immersive
    Doublages et bruitages réussisLes dragons

    Les moins

    Quelques textures grossièresDes bugs parfois génants

    En résumé


    The Elder Scrolls V : Skyrim par Rating: 9 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles